Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dans les entrailles du Libre

mercredi, décembre 9 2015

Semaine électorale chez Fedora !

Si la France est actuellement en pleine période électorale pour les élections régionales, Fedora n'est pas en reste avec cette semaine pas moins de trois élections.

En effet, comme le projet Fedora est communautaire, une partie du collège des organisations suivantes doit être renouvelée : Council, FESCo et FAmSCo. Et ce sont les contributeurs qui décident ! Chaque candidat a bien sûr un programme et un passif qu'ils souhaitent mettre en avant durant leur mandat pour orienter le projet Fedora dans certaines directions. Je vous invite à étudier les propositions des différents candidats pour cela.

J'ai voté

Pour voter, il est nécessaire d'avoir un compte FAS actif et de faire son choix sur le site du scrutin. Vous avez jusqu'au mardi 15 décembre à 1h du matin heure française pour le faire. Donc n'attendez pas trop.

Je vais profiter de l'occasion pour résumer le rôle de chacun de ces comités afin de clarifier l'aspect décisionnel du projet Fedora mais aussi visualiser le caractère communautaire de celui-ci.

Council

Le Council est ce qu'on pourrait qualifier le grand conseil du projet. C'est donc l'organe décisionnaire le plus élevé de Fedora. Le conseil définit les objectifs à long terme du projet Fedora et participe à l'organisation de celui-ci pour y parvenir. Cela se fait notamment par le biais de discussions ouvertes et transparentes vis à vis de la communauté.

Mais il gère également l'aspect financier. Cela concerne notamment les budgets alloués pour organiser les évènements, produire les goodies, ou des initiatives permettant de remplir les dits objectifs. Ils ont enfin la charge de régler les conflits personnels importants au sein du projet, tout comme les aspects légaux liés à la marque Fedora.

Les rôles au sein du conseil sont complexes.

Ceux avec droit de vote complet

Tout d'abord il y a le FPL (Fedora Project Leader) qui est le dirigeant du conseil et de facto le représentant du projet. Son rôle est lié à la tenue de l'agenda et des discussions du conseil, mais aussi de représenter le projet Fedora dans son ensemble. Il doit également servir à dégager un consensus au cours des débats. Ce rôle est tenu par un employé de Red Hat et est choisi avec le consentement du conseil en question.

Il y a aussi le FCAIC (Fedora Community Action and Impact Coordinator) qui fait le lien entre la communauté et l'entreprise Red Hat pour faciliter et encourager la coopération. Comme pour le FPL, c'est un employé de Red Hat qui occupe cette position avec l'approbation du conseil.

Il y a deux places destinées à la représentation technique et à la représentation plus marketing / ambassadrice du projet. Ces deux places découlent d'une nomination décidée au sein des organes dédiées à ces activités : le FESCo et le FAmSCo. Ces places sont communautaires mais ce sont uniquement ces comités qui décident des attributions.

Il reste deux places communautaires totalement ouvertes et dont tout le monde peut soumettre sa candidature ou voter. Cela permet de représenter les autres secteurs d'activité comme la traduction ou la documentation mais aussi la voix communautaire au sens la plus large possible. C'est pour l'une de ces places que le vote est ouvert cette semaine !

Ceux avec le droit de vote partiel

Un conseiller en diversité est nommé par le FPL avec le soutien du conseil pour favoriser l'intégration au sein du projet des populations le plus souvent discriminées. Son objectif est donc de déterminer les programmes pour régler cette problématique et résoudre les conflits associés qui peuvent se présenter.

Un gestionnaire du programme Fedora qui s'occupe du planning des différentes versions de Fedora. Il s'assure du bon respect des délais, du suivi des fonctionnalités et des cycles de tests. Il fait également office de secrétaire du conseil. C'est un employé de Red Hat qui occupe ce rôle toujours avec l'approbation du conseil.

FESCo

Le FESCo (Fedora Engineering Steering Committee) est un conseil entièrement composé de membres élus et totalement dévoués à l'aspect technique du projet Fedora.

Ils vont donc traiter en particulier les points suivants :

  • Les nouvelles fonctionnalités de la distribution ;
  • Les sponsors pour le rôle d'empaqueteur (ceux qui pourront donc superviser un débutant) ;
  • La création et la gestion des SIGs (Special Interest Group) pour organiser des équipes autour de certaines thématiques ;
  • La procédure d'empaquetage des paquets.

Le responsable de ce groupe est tournant. Les 9 membres sont élus pour un an, sachant que chaque élection renouvelle la moitié du collège.

FAmSCo

Le FAmSCo (Fedora Ambassadors Steering Committee) est l'équivalent du FESCo sur l'aspect plus humain du projet. Pendant que le FESCo se préoccupera beaucoup plus des empaqueteurs, la préoccupation de ce conseil est plutôt l'ambassadeur.

Voici un exemple des thèmes dont il a compétence :

  • Gérer l'accroissement des ambassadeurs à travers le mentoring ;
  • Pousser à la création et au développement des communautés plus locales comme la communauté française par exemple ;
  • Réaliser le suivi des évènements auxquels participent les ambassadeurs ;
  • Accorder les ressources aux différentes communautés ou activités, en fonction des besoin et de l'intérêt ;
  • S'occuper des conflits entre ambassadeurs.

Les 7 membres de cette équipe sont également entièrement élus avec une durée de mandat d'un an. Chaque élection renouvelle le collège par moitié.

lundi, décembre 7 2015

Compte rendu des JM2L 2015

Me voici de retour de cette nouvelle édition de la Journée Méditerranéenne du Logiciel Libre placée sous le signe récurrent du soleil mais aussi du thème Do It Yourself.

Contrairement aux éditions précédentes, la journée du vendredi n'a pas eu lieu faute de moyens. Les locaux de l'école Polytech'Nice ont enfin terminé leurs travaux ce qui a facilité la découverte des lieux. Cette fois, le bâtiment des stands / install party était dissocié de celui des conférences. Ce n'était pas forcément un problème, si ce n'est que durant certaines plages horaires le bâtiment qui m'était affecté était plutôt vide.

La journée s'est très bien passée, l'affluence était habituelle probablement aux alentours de 150-200 visiteurs/participants. C'était l'occasion de revoir la communauté locale des environs de Toulon/Sophia-Antipolis que je ne vois plus beaucoup depuis mon déménagement. Bien entendu lors de la tenue du stand j'ai été amené à rencontrer du monde.

Contrairement à d'habitude, la plupart des visiteurs semblaient connaître Fedora de nom ce qui a facilité un peu la présentation. Beaucoup ont encore des difficultés à assimiler la différence par exemple entre le projet Fedora et Ubuntu. Ce rappel n'est pas un problème. J'en ai profité pour faire une démonstration d'une Fedora 23 sous Gnome-Shell en fonctionnement ce qui a intéressé de nombreux curieux. Des personnes plus connaisseurs se sont intéressées à la question des spins de Fedora notamment la version ARM dans un cadre d'une box domotique. La connexion n'était hélas pas suffisante pour télécharger sur place une telle image afin d'effectuer un essai.

DSC_0256_b.JPG

Les membres du stand d'OpenSuse sont également venus échanger quelques mots à propos d'OpenQA, projet pour automatiser les tests dont la distribution au caméléon est d'origine et que le projet Fedora met en place de son côté actuellement.

Les quelques DVDs de Fedora 22 que j'avais ont pu en partie s'écouler. Cela est devenu difficile avec la Fedora 23 disponible depuis près d'un mois. Quelques goodies ont également été distribués / vendus. Borsalinux-fr accueille également un nouvel adhérent.

C'est donc au plaisir de vous revoir à ce genre d'évènements. Un grand merci à Emmanuel Seyman pour le matériel et aux organisateurs des JM2L pour leur hospitalité et leur organisation. À l'année prochaine, et cette fois-ci je tiendrais une conférence !

jeudi, novembre 12 2015

Nouvelles de Muffin

Comme je l'ai expliqué dans un billet précédent, je souhaitais relancer avec d'autres collaborateurs le fameux Magazine des Utilisateurs Francophones de Fedora. Ce projet qui a été très apprécié à son époque est je pense un outil de communication essentielle pour les utilisateurs de Fedora et même un moyen intéressant d'inciter à maitriser sa distribution, à en comprendre son fonctionnement pour ensuite y participer plus activement à son évolution.

Les retours ont été dans l'ensemble très positifs. Voici une petite synthèse de où nous en sommes aujourd'hui.

Le format

Le magazine aurait deux facettes. Tout d'abord il reprendrait en partie le fonctionnement du Fedora Magazine officiel et anglophone. Ce format blog permettrait un rythme de publication plus fréquent et d'avoir un retour des lecteurs pour perfectionner le style, le contenu, le niveau attendu et autres. Puis il y aurait de temps en temps une compilation de ce travail dans un magazine plus « traditionnel » avec potentiellement quelques contenus inédits supplémentaires.

Au sujet du rythme de publication, suivre les versions de Fedora semble satisfaire la communauté, l'objectif est de profiter de la publicité de la sortie d'une nouvelle version pour promouvoir dans le même temps le magazine. Qui sait, cela pourrait devenir la lecture obligatoire le temps que la nouvelle version s'installe ? ;-) Pour la partie blog, cela serait d'un article toutes les deux semaines voire par mois. L'objectif étant d'être régulier. Cela commencerait par un article d'ici un mois à compter d'aujourd'hui.

En terme de public, il est évident que Fedora est une distribution qui est certes accessible mais qui a dans sa communauté une forte expertise. De par les buts du projet Fedora, il semble évident que le magazine doit être un guide pour élever le débutant au rang de contributeur. Il est donc essentiel d'avoir du contenu accessible mais aussi pointu pour satisfaire les différents lecteurs suivant leur niveau.

Pour le format de présentation, nous souhaitons adapter Muffin aux nouveaux moyens de lecture en dehors du blog. Le format PDF est assez contraignant à générer d'une part mais aussi à lire d'autre part sur téléphone par exemple. Pour cela Matthieu Gautier nous a préparé un système de site web léger qui a une plus grande souplesse pour la rédaction mais aussi la lecture. Le contenu des articles seront rédigés au format Markdown qui est très lisible, simple et peu invasif.

L'infrastructure

Dans les avancées de ces derniers mois, le Wiki de Muffin a été remis sur pied, les pages s'affichent correctement maintenant (merci à Guillaume Kulakowski). J'ai également rafraîchi son contenu pour exposer les règles de fonctionnement et guider les contributeurs dans la manière de procéder.

Le dépôt git de Muffin a également été remis sur pied avec une mise à jour pour tenir compte des évolutions dans la façon de faire.

Avec tout ceci sur pied, nous pouvons enfin nous atteler à l'écriture, relecture et mise en page du magazine.

Articles rédigés ou envisagés

Pour le moment nous avons trois rédacteurs déclarés pour ce numéro (vous êtes bien sûr conviés à augmenter ce nombre en nous rejoignant). Voici les sujets mis sur la table actuellement :

  • L'installateur de programme graphique GNOME Logiciels
  • Le lecteur musical Lolyllop
  • Les dépôts communautaires Copr
  • Présentation de Rawhide, son intérêt, son fonctionnement, ses risques
  • Le dépôt update-testing et la remontée des anomalies (dont ABRT, fedora-easy-karma ou Bodhi)
  • Description du cycle de vie d'une version : chaque étape de son élaboration jusqu'à la fin de son support officiel
  • Traduction d'articles concernant systemd

Si un sujet vous intéresse et n'est pas dans la liste vous pouvez nous le communiquer, ou mieux rédiger un article dessus et nous le soumettre.

Ce qu'il y a à faire

Sans doute améliorer encore et toujours la procédure pour contribuer afin de la simplifier au maximum tout en restant efficace. Nous sommes preneur de retours pour améliorer ce point !

Améliorer les pages du Wiki pour lui octroyer un aspect plus vitrine du projet.

Nous sommes également à la recherche d'un designer ou du moins une personne sachant manier le CSS un minimum pour nous en faire un bon rendu final. N'hésitez pas à nous contacter si cela vous intéresse !

Mettre en place le dit blog pour la publication des articles régulièrement.

Et bien sûr rédiger, corriger et valider les articles.

La sortie du numéro de Muffin est espérée pour Mai-Juin 2016 afin de coïncider avec la sortie de Fedora 24. En décembre 2015 le premier article devrait être à disposition sur le blog du projet.

dimanche, novembre 8 2015

Présence de Borsalinux-fr aux JM2L 2015 à Sophia-Antipolis le 28 novembre

Après une année sans édition, les Journées Méditerranéennes du Logiciel Libre reviennent le samedi 28 novembre 2015 à Sophia-Antipolis. Cet évènement majeur local qui se déroule habituellement chaque année change de format. Abandonnant la journée du vendredi dédiée aux élèves de la région, pour se concentrer sur la journée du samedi et l'activité plus communautaire.

Cette édition est toujours animée par l'équipe ensoleillée de Linux-Azur. Elle aura pour thème le Do it Yourself. Cela se déroulera comme d'habitudes avec des conférences liées à la thématique, des ateliers et des stands pour présenter différents projets ou activités. Si vous êtes amateur du Logiciel Libre, simple curieux ou personne désirant assistance, il ne faut pas louper cette occasion.

Pour ma part je serais sur place pour défendre les couleurs de Borsalinux-fr avec un stand afin de présenter Fedora et sa communauté francophone aux visiteurs et assister ceux qui le désirent. Je pourrais fournir des images ISO fraîchement disponibles de Fedora 23 (qui est sorti le 3 novembre dernier), faire une démonstration de certains changements et aussi transformer votre clé USB en média de test et d'installation de Fedora 23.

Je serais également disponible pour toute discussion. Venez nombreux !

mardi, novembre 3 2015

Fedora 23 sort des cartons !

En ce mardi 3 novembre 2015, le projet Fedora est fier d’annoncer la sortie de la distribution GNU/Linux Fedora 23.

Comme à son habitude, le projet Fedora propose le dernier cru des environnements GNOME 3.18 mais aussi Sugar 0.106 à destination des enfants. Tout comme la sortie de Libreoffice 5, ces programmes améliorent la gestion des écrans à haute-densité de pixels (même en cas de multi-écran avec des densités différentes). L'intégration dans Wayland est également poursuivie.

Les fans de l'environnement de bureau Cinnamon pourront profiter d'un LiveCD officiel pour le tester et l'installer directement.

Cette version de Fedora s'est surtout concentrée sur quatre axes : gestion des paquets, sécurité, Python 3 et cloud computing.

Gestion des paquets

Tout d'abord d'un point de vue graphique, GNOME Logiciels gère mieux la bande passante disponible et peut effectuer les mises à niveau complètes de Fedora. GNOME Logiciels a même la capacité nouvelle de mettre à jour les firmwares UEFI des machine le permettant !

Du côté de la console, les précédentes solutions de mise à niveau comme fedup ou encore preupgrade sont abandonnées. À la place, le gestionnaire de paquets officiel dnf hérite de ce rôle via un plugin. Cela apporte une meilleure fiabilité du processus et une meilleure intégration au système (comme dans GNOME Logiciels par exemple). Utilisateur de Fedora 22 ? Vous pouvez d’or et déjà effectuer la procédure en suivant les instructions suivantes :

# dnf install dnf-plugin-system-upgrade
# dnf system-upgrade download --releasever=23
# dnf system-upgrade reboot

Sécurité

Fedora souhaite être une distribution à la pointe de la sécurité. Après les derniers scandales entourant l'usage des vieillissants algorithmes de sécurité RC4 et SSL3, le projet a retiré leur usage dans les programmes les y autorisant encore à l'exception notable des programmes issus de Mozilla, qui ont un calendrier de retrait différent.

Notons encore que les programmes de base ayant des critères d'acceptation de mots de passe voient leurs règles unifiées. Il est possible ainsi d'avoir un mot de passe unique pour anaconda (le programme d'installation), passwd ou encore gnome-control-center ! Changer la politique à l'un d'entre eux se répercute sur les autres, évitant de reproduire la procédure.

Cloud

Une version Cloud de Fedora, à savoir Fedora Atomic, suivra un calendrier de publication différent du reste du projet de Fedora. Plutôt que de sortir tous les 6 mois en moyenne, cela se fera toutes les deux semaines ! L'objectif est de faire avancer le projet rapidement pour satisfaire les besoins des développeurs et des utilisateurs. Un tel changement implique une profonde refonte de la l'assurance qualité mais aussi du site web pour respecter ce rythme effréné. Ce nouveau cycle sera en place très prochainement.

Python 3

Python a effectué il y a 7 ans un changement majeur de son langage de programmation, un changement tel que la compatibilité a été rompue avec la branche précédente. Afin d'accélérer la transition, qui doit être faite avant 2020 d'après les développeurs de Python, Fedora 23 incorpore les aspects suivants :

  • Python 3 est installé par défaut et est la seule version disponible dans les fichiers permettant l'installation de Fedora (à savoir les LiveCD notamment mais aussi les images Atomic ou DVD) ;
  • Python 2 reste disponible dans les dépôts ;
  • Pour les paquets fonctionnels avec les deux versions, Python 3 est désignée comme la version de référence ;
  • /usr/bin/python pour les utilisateurs et développeurs restera Python 2, afin de respecter les recommandations du projet Python.

Et bien entendu d'autres nouveautés sont à découvrir. Vous pourrez profiter d'un article en français plus complet. N'hésitez pas à profiter de cette dernière monture et à en effectuer des retours.

Liens

mardi, septembre 22 2015

Venez tester la Fedora 23 Beta !

En ce mardi 22 septembre, les contributeurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la bêta de la future Fedora 23, la version définitive étant prévue d'ici un mois environ.

Malgré les risques concernant son utilisation, il est important de la tester. En rapportant les bogues maintenant, la Fedora 23 stable sera plus stable encore et aura moins de risque de sortir en retard. Les versions en développements manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

Voici les nouveautés annoncées pour cette version :

Bureautique :

  • Fedora Spin Cinnamon fait son apparition ;
  • L'environnement du feu OLPC : Sugar, passe à la version 0.106 ;
  • La liste des caractères Unicode passe à la version 8.0 ;
  • IBus migre à la version 1.5.11, ajoutant la gestion de KDE5 et des environnements à base du fichier .XCompose ;
  • ibus-libzhuyin est employé par défaut comme méthode de saisie du chinois traditionnel, employé à Taiwan ;
  • LibreOffice 5 est également de la partie ;

Administration système :

  • Fedup a été fusionné dans DNF, le successeur de Yum des Fedora antérieures à Fedora 22 ;
  • Ajout d'une interface graphique pour gérer le contrôleur de domaine FreeIPA à travers Cockpit ;
  • À partir de la spécification Nulecule, les "rôles de serveurs" peuvent être déployés comme des applications conteneurisés ;
  • Les versions de Fedora Atomic ne sont plus basées sur le cycle traditionnel de Fedora, les versions sont maintenant délivrées toutes les deux semaines au lieu des 6 mois en moyenne auparavant ;
  • Création de nouvelles types d'images à base de Docker ;

Sécurité :

  • Tous les paquets sont compilés avec des options de compilation améliorant la sécurité de ceux-ci ;
  • Les algorithme de chiffrement obsolètes RC4 et SSL3 ont été supprimés des logiciels le proposant ;
  • Les politiques SELinux ont été remaniées. Enregistrées maintenant dans /var au lieu de /etc, amélioration des performances et possibilité d'étendre la politique de la distribution plus facilement ;
  • Les logiciels supportant des politiques de mots de passe, à savoir respecter des règles pour avoir un mot de passe valide, ont une politique commune et peuvent être adaptés en un seul endroit pour tous. Cela concerne les outils de créations d'utilisateurs de Gnome, Anaconda ou encore l'outil passwd ;
  • Ajout d'un utilitaire pour mettre à jour les firmwares UEFI ;

Développement :

  • Python 3 devient la version par défaut du langage, Python 2 reste disponible pour les applications le nécessitant ;
  • Perl passe à la 5.22 ;
  • La bibliothèque Boost sera en 1.59 ;
  • Quant à Mono ce sera la version 4 ;
  • Disponibilité de la boîte à outils web pour Python et JavaScript nommé Frappe ;
  • Docker passe à la version 1.8 ;

La bêta est la première occasion de tester la fonctionnalités de mise à niveau via dnf au lieu de fedup. Vous pouvez l'essayer depuis un poste sous Fedora 22 comme suit (dans un terminal avec les droits super-utilisateurs) :

# dnf install dnf-plugin-system-upgrade
# rpm --import /etc/pki/rpm-gpg/RPM-GPG-KEY-fedora-23-$(uname -i)
# dnf upgrade
# dnf clean all
# dnf --releasever=23 --setopt=deltarpm=false distro-sync --nogpgcheck

Cette méthode est nouvelle et a besoin d'un maximum de retours pour la stabiliser.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont aussi disponibles par Torrent. En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla.

Bons tests à tous !

mardi, août 11 2015

Fedora 23 Alpha, enfin disponible !

En ce mardi 11 août, les contributeurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de l'alpha de la future Fedora 23, en plein Flock qui se déroule actuellement aux États-Unis.

Malgré les risques concernant son utilisationt, il est important de la tester. En rapportant les bogues maintenant, la Fedora 23 stable sera plus stable encore et aura moins de risque de sortir en retard. Les versions en développements manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

Voici les nouveautés annoncées pour cette version :

Bureautique :

  • Fedora Spin Cinnamon fait son apparition ;
  • L'environnement du feu OLPC : Sugar, passe à la version 0.106 ;
  • La liste des caractères Unicode passe à la version 8.0 ;
  • IBus migre à la version 1.5.11, ajoutant la gestion de KDE5 et des environnements à base du fichier .XCompose ;
  • ibus-libzhuyin est employé par défaut comme méthode de saisie du chinois traditionnel, employé à Taiwan ;

Administration système :

  • Fedup a été fusionné dans DNF, le successeur de Yum des Fedora antérieures à Fedora 22 ;
  • Ajout d'une interface graphique pour gérer le contrôleur de domaine FreeIPA à travers Cockpit ;
  • À partir de la spécification Nulecule, les "rôles de serveurs" peuvent être déployés comme des applications conteneurisés ;
  • Les versions de Fedora Atomic ne sont plus basées sur le cycle traditionnel de Fedora, les versions sont maintenant délivrées toutes les deux semaines au lieu des 6 mois en moyenne auparavant ;
  • Création de nouvelles types d'images à base de Docker ;

Sécurité :

  • Tous les paquets sont compilés avec des options de compilation améliorant la sécurité de ceux-ci ;
  • Les algorithme de chiffrement obsolètes RC4 et SSL3 ont été supprimés des logiciels le proposant ;
  • Les politiques SELinux ont été remaniées. Enregistrées maintenant dans /var au lieu de /etc, amélioration des performances et possibilité d'étendre la politique de la distribution plus facilement ;
  • Les logiciels supportant des politiques de mots de passe, à savoir respecter des règles pour avoir un mot de passe valide, ont une politique commune et peuvent être adaptés en un seul endroit pour tous. Cela concerne les outils de créations d'utilisateurs de Gnome, Anaconda ou encore l'outil passwd ;
  • Ajout d'un utilitaire pour mettre à jour les firmwares UEFI ;

Développement :

  • Python 3 devient la version par défaut du langage, Python 2 reste disponible pour les applications le nécessitant ;
  • Perl passe à la 5.22 ;
  • La bibliothèque Boost sera en 1.59 ;
  • Quant à Mono ce sera la version 4 ;
  • Disponibilité de la boîte à outils web pour Python et JavaScript nommé Frappe ;

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent. En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla.

Bons tests à tous !

mardi, juillet 14 2015

Demande avis pour relancer Muffin, le magazine des utilisateurs francophones de Fedora

La communauté francophone de Fedora a publié par le passé trois numéro d'un magazine nommé Muffin. Le but était de rassembler des articles autour de Fedora à destination de ses utilisateurs ou contributeurs.

Après plus de 4 ans sans numéros, je décide de relancer sa mise en œuvre. Mais pour maximiser les chances de réussite de ce projet, je souhaite collecter un maximum d'avis concernant les idées que je propose mais également vos idées et vos envies. L'objectif est d'essayer de coller aux attentes des futurs lecteurs.

Pour cela, je vous invite à répondre au message du forum cité plus haut, si jamais vous n'êtes pas inscrits et que vous ne souhaitez pas le faire, vous pouvez me contacter à renault AROBASE fedoraproject POINT org. Je retransmettrais vos messages pour agrémenter le débat de votre opinion de manière anonyme.

Je vous remercie d'avance pour votre attention, en espérant recevoir vos retours prochainement. Je précise que les avis même des non utilisateurs de Fedora peut être pertinent.

Compte rendu du week-end des RMLLs à Beauvais

Comme le mentionnait mon billet précédent, Borsalinux-fr était présent aux RMLLs de cette année à Beauvais. Je vais vous compter le déroulement du week-end auquel j'ai participé.

C'est ainsi, après avoir vagabondé sur Paris le vendredi, que je me retrouve sur Beauvais le samedi 4 juillet au matin. Après une averse courte et abondante, et le stand monté, je me retrouve sur la place devant la superbe cathédrale à devoir discuter de Fedora aux passants curieux, amateurs voire plus expérimentés. Ce jour là était aussi l'occasion de la découverte du lieu et des autres participants. Situés entre LibreOffice et Mageia, on a eu l'occasion d'échanger d'un point de vue technique ou de communication autour de nos projets mais aussi nos expériences. Échanges sympathiques et enrichissantes sous ce soleil accablant.

Concernant les visiteurs, on a pu voir un peu de tout. De nombreux habitants de Beauvais se sont montrés curieux concernant la manifestation du moment et ont posé des questions sur ce qu'on faisait. D'autres sont sortis de leurs propres stands pour discuter de Fedora, troller un peu, demander des informations pour les aider sur une migration récente ou à venir. Les échanges furent agréables avec environ 20 personnes s'étant sérieusement arrêtées pour discuter.

20150705_001b.jpg

Après un aller-retour sur Paris, le dimanche fut assez différent. Si la chaleur était toujours présente, le vent s'est levé ce qui a nécessité de ranger notre panneau de présentation. Qu'importe, les visiteurs étaient toujours là. Épaulé par Michael Scherer, nous avons pu tenir des discussions plus approfondies que la veille, notamment au sujet de Gnome Logiciels et des fameux fichiers .appdata. Une professeur d'université suisse nous a expliqué son travail et ses difficultés à migrer au sein de son activité. Les communautés LOLICA de Champagne et d'autres plus sur les Ardennes sont venus discuter de leur rapport à Fedora voire demander un coup de main sur quelques détails comme DNF, Gnome Logiciels ou encore RPMFusion.

C'était également l'occasion de troller discuter avec un membre de Ubuntu-fr sur Secure Boot et sur les possibles conséquences quand les constructeur n'auront plus l'obligation d'autoriser sa désactivation. Un contributeur Debian nous a demandé de participer et de relancer le projet de la compilation reproductible. Le principe étant qu'un utilisateur ou une distribution puisse vérifier qu'un paquet binaire correspond bien au code source pointé par le paquet RPM en question. Cela impose en effet de pouvoir fixer des éléments aléatoires lors de la compilation pour vérifier la correspondance exacte des fichiers. Ce principe permet notamment de détecter un paquet généré à partir d'une clé GPG volée.

20150705_004b.jpg

Cette journée a été également l'occasion de voir tout le monde attentif au discours de RMS mais aussi à l'attraction du jour à savoir un R2D2 fonctionnel.

C'est ainsi que l'évènement se termine pour ma part, pour laisser place à une série de conférence et notre stand tenu par Emmanuel Seyman. Durant le week-end, l'association a pu collecter 41.5€ de dons et de la vente de goodies, merci à vous. Deux bulletins d'adhésion ont été distribuées, en espérant la transformation de l'essai.

Je tiens à remercier Michael Scherer pour m'avoir donné un coup de main le dimanche, mais aussi Emmanuel Seyman pour la gestion du matériel et pour avoir tenu le stand en semaine. Sans oublier Guillaume Dondero pour avoir monté le matériel sur Beauvais mais également les organisateurs et les participants qui ont rendu cet évènement possible.

À la prochaine fois !

mercredi, juin 17 2015

Rencontrez Borsalinux-fr aux RMLL à Beauvais du 4 au 10 juillet

Bonjour à tous ! Comme chaque année, les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre s'installent début juillet pendant une semaine dans une ville jusque là francophone. Cette année, c'est du 4 au 10 juillet à Beauvais, au nord de Paris. L'occasion de voir du pays mais surtout de discuter, rencontrer et apprendre sur de nombreux projets de Logiciels Libres et sa culture associée. Une opportunité unique de rencontrer une grande partie de la communauté francophone du secteur.

Bien entendu, Fedora n'y fait pas exception et sera représentée cette année par Borsalinux-fr. Nous serons ravis de vous accueillir à notre stand. N'hésitez pas à venir faire le tour de l'évènement et de nous passer le bonjour, voire boire un verre en notre compagnie. Nous serons contents de recevoir un petit coup de main pour la tenue du stand. Nous pourrons aussi vous présenter la nouvelle Fedora 22 et vous fournir de quoi l'installer si vous le souhaitez.

Pour plus d'information sur l'évènement, vous pouvez consulter le site officiel des RMLLs 2015. En espérant vous voir nombreux, je vous souhaite une bonne journée.

mardi, mai 26 2015

Sortie de Fedora 22

En ce mardi 26 mai 2015, le projet Fedora est fier d’annoncer la sortie de la distribution GNU/Linux Fedora 22. Cette version introduit des mises à jour des environnements de bureaux populaires : GNOME 3.16, KDE Plasma 5.3 et Xfce 4.12. Ces versions apportent beaucoup de finitions esthétiques comme des thèmes mieux finis ou les notifications retravaillées.

Gnome-Shell_bureau.png

Fedora en profite pour y introduire dans ces programmes la préparation de l'arrivée de Wayland. Rappel, Wayland est un protocole graphique destiné à remplacer X11 pour la gestion des fenêtres et des périphériques. Encore instable, il sera activé par défaut dans le gestionnaire de connexion de Gnome (GDM) et la gestion des souris, claviers, touchpads et autres passera par libinput (lié à Wayland) au lieu de X11. L'objectif est de préparer la mise à disposition de Wayland par défaut dans Fedora 23, avec XWayland de disponible pour les applications non compatibles.

Sinon deux nouveaux environnements font leur apparition : LXQt et qtile. Le premier se veut être le pendant de LXDE à savoir léger et très minimaliste en utilisant la bibliothèque Qt. Quant au second, c'est un gestionnaire de fenêtre pavant très personnalisable à l'aide du langage Python.

Un meilleur support des langues non-latines est proposé notamment avec des polices et méthodes de saisis orientés pour certaines langues indiennes. Mais aussi la plupart des langages de programmations améliorent leur support d'Unicode : glibc, Perl 5.20 et Ruby 2.2. Pour les développeurs GCC 5.1 est disponible qui est une version majeure qui rompt la compatibilité de l'ABI C++, Fedora a fait le choix que l'ancienne ABI est utilisée pour cette version par défaut.

Côté administration système, nous noterons surtout le remplacement de Yum par DNF. DNF en est une réécriture complète qui améliore grandement les performances par l'usage de bibliothèques externes pour la gestion des dépendances et des dépôts. Si les deux programmes se ressemblent, les options divergent quelque peu. Cette page listant les principales différences. L'application Yum redirige vers DNF.

Un assistant de migration a été ajouté pour aider les personnes à effectuer les mises à jour des programmes et de leur configuration de Fedora 21 à 22 par exemple. Une suite d'utilitaires aide à concevoir une BDD avec PostgreSQL, d'autres rôles similaires à venir seront à prévoir pour simplifier l'usage serveur de la distribution. Le serveur DNS Bind passe en version 9.10 qui améliore grandement les possibilités de sécurité et les performances.

Pour finir, l'informatique dans les nuages progresse. Au menu l'ajout de Vagrant pour simplifier le déploiement d'images destinées aux tests ou au développement. Puis la mise à disposition de Fedora Atomic Host pour simplifier le déploiement d'applications sécurisées en couplant Docker et SELinux.

Et bien d'autres nouveautés encore !

Liens

Dépêche sous licence CC BY-SA

lundi, mai 18 2015

Borsalinux-fr sera au Geekopolis le 23 et 24 mai

Bonjour à tous ! Une petite actualité pour signaler que nous serons à l'évènement Geekopolis le 23 et 24 mai. Cela se déroule à Paris Expo Porte de Versailles, 15e arrondissement. Cet évènement est bien plus générique, tournant autour de la culture Geek : cosplays, jeux vidéo, logiciels libres, comics, science fiction, etc. Des ateliers, conférences, stands et autres activités sont là pour que chacun trouve chaussure à son pied.

Vous retrouverez Borsalinux-fr au Teklab aux côtés de l'APRIL, Ubuntu-fr, Framasoft et bien d'autres. N'hésitez pas à venir nous voir à notre stand pour discuter, recevoir un coup de main, acheter un goodies ou nous donner un coup de main. Nous serions ravis de vous accueillir. La sortie de Fedora 22 étant trois jours après l'évènement, pourquoi ne pas en profiter pour récupérer une image ISO de la dernière Release Candidate et voir ses nouveautés ? ;-)

En espérant vous voir nombreux, passez une bonne journée.

jeudi, avril 30 2015

Flock 2015 : inscriptions et soumissions de sujet (jusqu'au 2 mai !)

Il y a trois ans de cela, Projet Fedora a abandonné en Amérique du Nord et en Europe l'évènement nommé FUDCon (Fedora Users and Developer Conferences) pour être remplacé par les Flock.

Contrairement à l'année dernière où c'était en Europe, cette fois c'est en Amérique du Nord que cela se passe. Plus précisément dans la ville de Rochester, État de New-York des États-Unis. Pour la date, rendez-vous du 12 au 15 août.

Le Flock c'est l'occasion pour les contributeurs de Fedora de se rencontrer pour discuter autour de sujets qui les intéressent à propos du Projet Fedora, dans le but de le faire avancer. C'est une occasion unique de discuter en tête à tête avec d'autres contributeurs et de passer un moment convivial avec eux.

Le sujet est évoqué aujourd'hui car un tel évènement se prépare longuement en avance. Si vous êtes intéressés et que vous pouvez vous y rendre, inscrivez-vous. Vous avez jusqu'au samedi 2 mai pour y soumettre un sujet de discussion que vous souhaitez animer ! Vous pouvez obtenir plus d'informations pratiques sur cette édition.

Alors, motivés ? N'hésitez pas à vous inscrire.

mercredi, avril 22 2015

Sortie de Fedora 22 Beta

En ce mardi 21 avril, le Projet Fedora est fier de vous annoncer la sortie de Fedora 22 Béta. Bien entendu, qui dit Alpha, dit instabilité, développement, tests et bugs. Ne l'installez pas si vous ne savez pas ce que vous faites.

Cependant, il est important de la tester. En rapportant les bogues maintenant, la Fedora 22 stable sera plus stable encore et aura moins de risque de sortir en retard. Les versions en développements manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts. La Fedora 22 stable devrait sortir aux alentours du 26 mai.

Par rapport à l'Alpha, si ce n'est des logiciels plus stables, il n'y a pas de changements importants. Voici un rappel de ce qu'il nous apporte :

Bureautique

  • Gnome 3.16 ;
  • Les notifications de Gnome-Shell ont été refondues, elles apparaissent dorénavant au sein du widget calendrier ;
  • Gnome terminal peut vous donner une notification quand une longue tâche est terminée ;
  • GDM, l'écran de connexion, utilise Wayland en lieu et place de X11. Le reste de Gnome utilise X11 par défaut (bien que Wayland soit disponible pour les plus courageux) ;
  • Gnome Logiciel prend la place de Gnome Packagekit pour installer les codecs ou polices additionnelles à la volée ;
  • ABRT (l'assistant de rapport de bogues) exploite les notifications et les contrôles de confidentialité de Gnome pour mieux réussir sa mission ;
  • L'intégration de Qt au sein du thème de Gnome Shell (Adwaita) est fini. De plus le thème par défaut de Gnome-Shell a été remanié ;
  • Nautilus a subi une plus forte intégration à Gnome-Shell, notamment pour les menus contextuels ;
  • libinput, celui qui gère les entrées de périphériques de Wayland, est utilisé par défaut dans X11 et Wayland, amorçant la transition vers Wayland ;
  • Plasma 5 est maintenant la version par défaut de KDE spin ;
  • WINE utilise le support de mesa pour Direct3D pour la vidéo (meilleures performances et meilleure compatibilité) ;
  • Support de qtile, un gestionnaire de fenêtre pavant en Python ;

Administration système

  • Le gestionnaire de paquet Yum, par défaut depuis Fedora Core 1, laisse place à DNF par défaut ;
  • DNF cherche et installe les extensions de langages de vos logiciels préférés (comme Libreoffice ou KDE) depuis la langue du système ;
  • Python 3 poursuit sa progression comme version par défaut du langage du système ;
  • Ajout d'un assistant de migration de version de Fedora pour s'assurer que tout se passe bien et qu'on n'oublie rien ;
  • Ajout de Vagrant, un utilitaire pour automatiser la création de VM de développement ;
  • Par ailleurs, Vagrant peut exploiter les images Fedora Atomic Host et Fedora Cloud pour générer les images ;
  • Ajout de Tunir, un logiciel d'aide à intégration continue utilisée notamment pour les images de Fedora Cloud ;
  • Ajout de dbxtool, pour autoriser la mise à jours de logiciels signés pour l'UEFI si la version utilisée du programme est vulnérable tout en refusant dans les autres cas ;
  • BIND 9.10 ;

Projet Fedora

  • Gradle 2.0 ;
  • Fedora Atomic Host : une implémentation du projet Fedora du Projet Atomic ;

Développement

  • DJango 1.8 ;
  • wXPython 3.0 ;
  • Python dateutil 2.4 ;
  • Boost 1.58 ;
  • GCC 5 ;
  • Ruby 2.2 ;
  • Ruby on Rails 4.2 ;
  • Perl 5.20 ;
  • GHC 5.8 ;
  • Glibc supporte Uricode 7.0 ;

Et d'autres encore ! Notons que les préparatifs pour Fedora 23 débutent doucement. Il est annoncé que Wayland remplacera X11 par défaut avec XWayland pour la compatibilité en option. De même, Python 3 sera installé par défaut, Python 2 ne sera disponible que dans les dépôts.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent : http://torrent.fedoraproject.org/ En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla.

Bons tests à tous !

jeudi, février 21 2013

Venez à la Journée de l'Informatique Libre ce samedi 23 mars à Toulon !

Ce samedi 23 mars 2013, se tiendra la Journée de l'Informatique Libre pour sa troisième édition. Cette fois encore, elle sera à la Maison des Technologies à Toulon, dans le bâtiment de l'école d'ingénieurs ISEN Toulon et de La Cantine de Toulon qui nous prêteront les locaux. Cet évènement est planifié de 9h à 17h.

Programme

La journée sera l'occasion pour la communauté locale de tenir des conférences sur les sujets de l'informatique libre. Pour cela les thèmes principaux sont : la culture libre, l'OpenData, les Logiciels Libres et tous les mouvements associés. Des ateliers sont proposés à côté ; cela donnera un côté plus pratique à la libéralisation de l'informatique pour l'utilisateur, avec l'apprentissage du maniement d'un logiciel libre par exemple.

Plus précisément, le programme abordera les points suivants :

  • Introduction aux Logiciels Libres de Véronique Fritière
  • Les formats ouverts de Thierry Stœhr
  • Les licences libres comme un acte de résistance de Laurent Paoletti
  • Comment devenir éditeur de logiciel libre quand on est une entreprise ? de Hybird
  • Creative Commons de Guillaume Perocheau
  • LaTeX de Thierry Stœhr
  • OpenERP de Jean-Marc Le Goff
  • OpenPGP de Jean-Jacques Brucker
  • CaspWiki de Guy Lebègue
  • Inkscape de Véronique Fritière

Durant la journée, il y aura une install-party. Elle est destinée à apprendre aux visiteurs à installer des logiciels libres sur les ordinateurs qu'ils apportent ou de les dépanner sur des problèmes du quotidien par rapport à leurs utilisations. L'objectif est de favoriser l'adoption des logiciels libres avec l'aide de la communauté toulonnaise et de son expérience.

À côté de cela, il y aura la possibilité de réaliser des ateliers et mesures pour OpenStreetMap pour apprendre à contribuer à ce projet de cartographie. Il y a également la possibilité de venir pour signer vos clés numériques PGP !

Informations complémentaires

Si vous souhaitez obtenir plus d'information sur cette journée, son déroulement ou le plan d'accès, merci de visiter le site officiel de la JIL 2013.

Cette journée est organisée par les associations le Club de l'ISEN sur les Logiciels Libres avec la participation notable de Linux-Azur, ToulonuX et Gullivar. Cet évènement est parmi les plus importants de la région sur ces thèmes et reste l'occasion de resserrer les liens de la communauté régionale.

Nous remercions également le soutien financiers ou logistiques des entreprises suivantes : TVT, Hybird, Editions Diamons et Eyrolles.

dimanche, octobre 10 2010

Mme Michu : la nouvelle excuse pour critiquer les défauts ?

Je trouve que depuis un an ou deux, on a eu affaire a un nouveau personnage : Mme Michu. Cette dame, inconnue de tous est pourtant tellement citée qu'on pourrait presque la croire réelle. Ces dernières années elle est récurrente dès qu'il s'agit de parler de grand public ou de dysfonctionnement d'un logiciel. Seulement elle commence à m'énerver car pour moi c'est la pire des excuses et la pire des conneries possibles.

Mme Michu n'existe pas

Mme Michu en effet n'est pas réelle. Déjà dans tous les trolls, on peut voir qu'elle a plein d'exigences et de compétences. Un coup c'est une graphiste professionnelle, une autre fois c'est une incompétente de l'informatique, une autre fois ça sera une « jamais contente » ou tout simplement une ménagère qui veut parler à son fils via une webcam seulement du modèle Logitech XEUE:EEIU qui évidemment ne fonctionne pas dans les contrées libres. Le seul point commun à toutes les descriptions est la suivante : elle s'en fout de la notion de « Logiciel Libre ». Cela signifie une chose : tous ceux qui l'utilisent comme argument sont comme elle. Pourquoi ? C'est juste une excuse pour justifier ses propres problèmes ou exigences tout en se dédouanant de se foutre de la notion de Logiciel Libre. Pourtant c'est je pense l'argument le plus important pour utiliser de tels logiciels.

Donc Mme Michu représente des tas de métiers dans le monde, ce qui fait qu'elle n'existe pas. Personne ne peut avoir tellement d'exigences, et le grand public ne peut avoir ses exigences représentées par une personne type. On est tous unique, et on a tous des attentes différentes d'un ordinateur. Certains en ont besoin pour un métier, d'autres un loisir mais certains seront en même temps aveugles, gauchers, ou avec des troubles musculaires. Il n'y a pas un profil type pour décrire autant de combinaisons différentes donc Mme Michu n'existe pas, ou si elle existait, cela n'aurait aucun sens ou intérêt.

Tout le monde a des besoins différents, certains préfèrent la barre en haut, d'autres en bas, etc. Il est impossible par exemple qu'une interface graphique corresponde à tout le monde. Certains trouveront cela beau, d'autres moches, certains ont des besoins qui font qu'ils seront plus efficaces autrement, certains auront besoin de fonctionnalités pour permettre un certains conforts alors que d'autres non. La preuve de cela, KDE et GNOME par exemples, malgré les trolls, sont tous deux excellents pour ceux qui l'utilisent. Certains trouveront en KDE leur bonheur d'autres ça sera avec GNOME ou autre chose. Et les captures d'écran prouvent que malgré ces choix, tout le monde personnalise un minimum ces interfaces pour un meilleur confort d'utilisation car nos besoins et attentes sont tous différents.

Mme Michu se fout du libre

Comme je l'ai dis précédemment, Mme Michu s'en moque du libre. Et je constate que certains justifient¹ que « comme Mme Michu ne sait pas rapporter un bogue, moi non plus car il est amoral d'exiger de moi plus que Mme Michu » et ça je le constate que trop souvent sur les forums. Certains disent que c'est beau que le Logiciel soit libre mais si on doit utiliser la documentation ou rapporter un bogue majeur, alors c'est un logiciel mal fait.

Mais cela est oublier la notion de Logiciel Libre et son intérêt. Le Logiciel Libre est une chance qui a des défauts. Il faut se sentir heureux que si on a un souci il y a une communauté derrière pour nous aider, qui peut corriger les problèmes que l'on rencontre dans le code même du logiciel. Je ne suis pas sûr que Apple ou Microsoft tiennent mieux compte des intérêts de leurs utilisateurs et corrigent le maximum de problèmes qu'ils peuvent rencontrer, même les plus infimes.

Rapporter un bogue ce n'est ni long et ni difficile. Si Mme Michu ne sait pas le faire c'est son problème car elle ne profite pas de ses libertés mais consomme juste le logiciel. Seulement, vous, vous pouvez le faire, vous pouvez améliorer le logiciel que vous utilisez ou que vous aimez et ça c'est très différent et important. « La liberté ne s'use que lorsque l'on ne s'en sert pas »

Mme Michu et la perte de liberté

Certaines entreprises et des utilisateurs ou développeurs veulent que Mme Michu puisse utiliser du Logiciel Libre. Je ne critiquerais pas ce souhait car moi aussi j'aimerais bien que ça se fasse d'un côté et que ça permet d'avancer. Par contre depuis quelques années je constate des dérives dues à cette volonté qui me semble néfaste pour le concept même du « Logiciel Libre ». Pour que Mme Michu utilise un OS libre il faut que tout soit facile mais également qu'elle puisse reproduire ses anciens comportements sur GNU/Linux. Et ça c'est dangereux.

Car les anciennes habitudes de Mme Michu sont liées au logiciel privateur. Elle veut lire ses fichiers MP3, aller sur Youtube, parler via Skype ou MSN et utiliser son iPhone. C'est son droit le plus strict, si c'est son souhait elle est libre de le réaliser. Le problème c'est que beaucoup, par fainéantises et manque de conviction se laissent aller et adopte son comportement jusqu'à même imposer cela par défauts dans certaines distributions.

J'en avais déjà parlé dans mon blog avant² et je ne ressortirais pas tous les arguments. Seulement il est difficile de nos jours de citer une personne utilisant uniquement des Logiciels Libres sur sa machine. Je comprends parfaitement certaines situations, notamment professionnelles qui obligent cela, mais acheter un iPod ou iPhone quand on a GNU/Linux, ou encore préférer un lecteur Flash à télécharger la vidéo en local sans oublier de préférer le format MP3 au FLAC ou OGG c'est se foutre des valeurs du libre. Je pense qu'il est impossible de prôner la victoire du Logiciel libre auprès du grand public en ayant le comportement précédent, ou alors c'est juste la victoire de GNU/Linux qu'on veut mais pas du Logiciel Libre. Je trouve regrettable que pour quelques parts de marché en plus on sacrifie l'essence même des logiciels qu'on utilise, leur force de base qui a permis cet essor. Je ne suis pas venu ici pour Mme Michu, ni encore pour des trucs kikoolol avec des sources fermées. Je suis venu pour moi, pour la philosophie que j'adhère car elle me semble juste, sacrifier tout ça pour Mme Michu, est-ce que ça en vaut la peine ?

Je pourrais faire la comparaison suivante : est-ce qu'il faut tomber dans l'état orwellien de Big Brother et perdre toutes nos libertés juste pour garantir notre sécurité face au terrorisme ou aux pédonazis/pirates d'Internet ? Si pour vous ça ne vaut pas le coup, songez à cette situation mais dans la situation que j'ai décrite et vous aurez la réponse à la question du paragraphe précédent…

mercredi, août 18 2010

Participez aux journées de tests de Fedora : c'est libre et gratuit pour tous =)

Pour ce premier billet depuis longtemps, je tenais à présenter les journées de tests de Fedora. Particulièrement parce que l'Alpha de la Fedora 14 pointe le bout de son nez et que les journées de tests vont se multiplier.

C'est quoi une journée de tests de Fedora ?

Quand une nouvelle Fedora est en développement, celle-ci va inclure des nouveautés qui peuvent être importantes. Le problème c'est qu'il y a souvent peu de personnes qui testent ces versions, et encore moins nombreux sont les gens qui testent profondément certaines nouveautés (par incompétence dans le domaine, ignorance de la nouveauté, ignorer comment tester correctement et dans l'exactitude, etc.) et avoir des tas de rapports de bogues sur une nouveautés avec des tests faites de manière anarchique (chacun fait comme il peut) n'aide pas toujours les développeurs à savoir où sont les problèmes et quels sont-ils.

C'est pour cela que les personnes chargées de l'Assurance Qualité Fedora font chaque mardi (en général) des Journées de Tests. En gros durant un mardi, on invite tous les testeurs à suivre une procédure dictée avec des outils pour et des commentaires à côté. L'objectif est qu'un maximum de personnes, sur un nombre maximal de machines puissent réaliser tous les tests proposés avant de mettre sur un tableau final tous les résultats obtenus. Ensuite selon les résultats, on ouvre des bogues avec les informations obtenues par ces tests pour corriger ce qui ne va pas.

Pourquoi y participer ?

Pour pas mal de raisons à dire vrai, j'invite tous le monde à le faire et voici pourquoi :

  • Car chaque configuration est unique, la votre peut avoir un problème important (ceci est particulièrement important quand on réalise des tests en rapport avec le matériel utilisé)
  • Plus il y a de testeurs, plus on a d'informations sur le problème et plus c'est simple à corriger (en théorie)
  • Car grâce à vous, peut être qu'on corrigera un problème qui touche beaucoup de monde et qui vous seront indirectement très reconnaissants
  • C'est assez simple, des marches à suivre et des résultats à poster, c'est très guidé (contrairement à un rapport de bogue classique où on doit se démerder pour savoir comment obtenir certaines informations, ici c'est expliqué)
  • En testant la Fedora instable, vous contribuez à son développement ce qui est très bien pour l'égo (ou pour participer à ce bazar) puis ça vous évitera d'avoir à râler quand la version stable sort et que le problème vous saute à la gorge car vous n'avez pas testé plus tôt =)

Qui peut y participer ?

Un peu tout le monde qui a de la bonne volonté, cependant il y a deux mises en garde :

  • Connaitre l'anglais un minimum est un plus pour comprendre les instructions et ensuite assurer quand il y a un bogue à rapporter
  • Utiliser une Fedora en développement comporte toujours des risques et savoir se dépatouiller est également important, ça évite d'avoir des problèmes ou de commettre de grosses conneries

Donc comme vous pouvez le voir, ces Journées de Tests sont très importants et font partie intégrante du développement d'une Fedora. Et si ça vous botte de donner un coup de main, voici le calendrier (en élaboration) des prochaines Journées de Tests : http://fedoraproject.org/wiki/QA/Fedora_14_test_days . Pour connaître la procédure, suffit de cliquer sur la date de l'évènement et vous n'avez plus qu'à suivre les instructions.

lundi, avril 27 2009

Muffin, le magazine francophone et communautaire de Fedora a besoin de votre aide !

C'est avec un certain regret que je viens, une nouvelle fois, recourir à l'aide et au soutien de la communauté du Logiciel Libre pour produire le numéro 2 de Muffin. En effet, Muffin depuis quelques semaines, alors que la rédaction des articles commençait, l'avancement s'est assez soudainement stoppé, plus personne ne répondait à l'appel.

Le choix des articles (du sommaire en somme) tout comme des grandes lignes de la future couverture ont été fait ce qui a été long et pénible et l'enthousiasme des premiers jours n'est plus là. Pourtant l'objectif de la sortir aux environs de Fedora 11 reste envisageable (fin mai-début juin) mais il ne faudrait pas trop tarder pour cela.

Muffin reste quand même un superbe moyen de communication parallèle à une documentation souvent lourde et faisant peur peut être pour apprendre aux utilisateurs à manier Fedora correctement, connaître son organisation et son fonctionnement. Cela reste aussi une occasion unique de faire découvrir des logiciels nouveaux et importants aux utilisateurs comme ici PackageKit et Sugar qui sont grandement développés par Fedora. De même que Muffin est un moyen de montrer que la communauté francophone de Fedora est forte et unie, plus que jamais. De nombreuses communautés libres et surtout les communautés locales de Fedora nous envies un tel dynamisme et un site web si riche et complet, ça serait je pense une bonne chose de montrer de quoi notre communauté est capable en repoussant les limites que le premier numéro a marqué.

C'est pour cela que toute aide est la bienvenue, bien que des rédacteurs soient préférés. Si les articles du numéro 2 vous intéressent et si vous en avez les capacités d'en assumer la rédaction vous pouvez rejoindre la communauté de Muffin par ce biais tout en sachant qu'on sera là pour vous aider et guider et on vous encourage à nous rejoindre. Je précise qu'il n'est pas forcément nécessaire de connaître beaucoup Fedora pour nous aider, Fedora reste une distribution GNU/Linux qui a de grandes ressemblances avec les autres distributions et l'usage de nombreux logiciels ne change pas. De même que des connaissances poussées ne sont pas requis, la communauté est là pour pallier vos manques et répondre à vos questions et on sera tous ravis de le faire !

Je profite de ce message, pour remercier le soutien que le magazine Magnum (notre alter-ego chez Mandriva) a fait envers nous. Ce soutien a été précieux à nos yeux étant donné leur parcours et qui montre que le Logiciel Libre, malgré nos trolls le vendredi soir, a une communauté unie et solidaire.

mercredi, avril 1 2009

L'HADOPI est voté : application pour le 1er juillet 2009, le Logiciel Libre sous surveillance !

Ça y est, le verdict vient de tomber, HADOPI, la loi de tous nos maux depuis 1 mois au moins est votée et sera mise en application le 1er juillet 2009 le temps que tout le monde remplit la bonne paperasserie.

Ceci dit, Christine Albanel ne veut pas en rester là, elle décide d'attaquer les méchants pas beaux (qui ont voulu sauver l'humanité, il y a de quoi) qui ont attaqué frauduleusement le site jaimelesartistes.fr et d'après sa déclaration de ce matin, le Logiciel Libre est pointé de doigts avec la Quadrature du Net comme ayant été les responsables en soulevant la population contre cette loi violemment. Les grands acteurs du Logiciel Libre français et ses sites de prédilections sont donc sous surveillances et leurs communautés respectives.

Elle est en train de préparer un dossier avec l'aide de notre chère industrie du disque pour interdire l'usage du P2P et de Torrent pour condamner leurs développeurs et utilisateurs. Un logiciel pour Windows sera obligatoire pour toutes les machines pour vérifier l'usage de ces logiciels.

L'APRIL, La Quadrature du Net et Linuxfr se sont engagés pour le moment pour lutter contre ces dispositions jugées « comme profondément immorales et déplacées. C'est une menace grave pour les libertés individuelles ! » mais le gouvernement a menacé de rétorquer pour diffamation et pour avoir menacer la sécurité intérieure de l'État via une propagande organisée contre cette loi.

Affaire à suivre...

samedi, mars 21 2009

L'Acid Test : est-ce un indicateur objectif représentant l'efficacité des moteurs web pour les standards ?

Alors que IE8 vient de sortir ce 19 mars, on ressort sur la table toujours cet indicateur (hyper-célèbre dans le domaine) l'Acid Test pour représenter le respect dans standards par un navigateurs web ou plutôt son moteur de rendu. Très utilisé pour la comparaison de ces logiciels, je remarque qu'ils sont utilisés à mauvais escient et qu'ils cachent une part de vérité dans tout ceci. L'Acid Test n'est en effet pas un bon indicateur de tout ceci pour une simple et bonne raison : non exhaustivité et architecture du test trop mal faite.

En quoi ? Déjà il faut savoir que l'Acid Test n'utilise qu'un nombre restreint des standards disponibles, par exemple on n'a rien sur le SVG au niveau avancé, ni même le CSS3 à la même échelle et encore moins pour d'autres standards assez peu utilisés et connus. Donc en quoi c'est représentatif étant donné qu'une grande partie des standards sont de factos absents à ce test ?

Puis parlons plutôt de l'architecture du machin. L'acid test n'a qu'un but, mettre à genoux les moteurs de rendus en faisant des combinaisons que l'on retrouve dans aucun site web correctement fait. En faite, l'Acid Test exploite des conflits des règles des standards que les navigateurs ne prévoient pas (car on les rencontrent assez peu ou que la situation est tout bonnement improbable en condition réelle). En faite on pourrait comparer l'Acid Test à une dictée où on ajoute un contexte faisant que plein de règles de notre belle langue se rencontrent et entrent en conflit où même les plus grands intellectuels français pourraient trébucher tellement que la situation est complexe et inexpliquée (car imprévue) par nos règles grammaticales. Pourtant, ça n'empêche pas à ces intellectuels de manier notre langue presque parfaitement de bout en bout.

C'est un peu ça le problème, un score tel que 80% n'a pas pour autant moins de balises supportés qu'un moteur de rendu qui a atteint les 100 (d'ailleurs, de mémoire, Firefox supportent plus de choses que Webkit et a pourtant un score inférieur). C'est juste que le navigateur qui a 100 a spécifié à son moteur de rendu quoi faire dans de telles situations. Et le soucis que cela entraine, c'est que ce test est devenu une référence (absurde) et que ça en devient une arme marketing obligeant els développeurs à se préoccuper de ce test plutôt que d'inclure d'autres standards qui sont intéressants comme le SVG.

Existe-il un site qui représente correctement la chose ? Oui et non... La tâche est complexe, il existe beaucoup de standards et de choses à implémentées à l'intérieur de ceux-ci, donc tout représenter reste difficile. Ceci dit il y a une méthode simple, faire un grand tableau comme ce site qui permet d'être plus exhaustif, précis et instructif pour l'utilisateur et le développeur web.

Après, je pense que peu importent les tests. Ce qui faut voir, c'est déjà si on peut profiter pleinement des sites courants. Et si difficulté il y a, lesquelles ? Puis après de voir si certaines possibilités sont freinées ou pas (comme le SVG) par certains navigateurs voire tous. Après aux développeurs qui veulent en profiter de montrer la faiblesse de ces navigateurs qui empêchent de profiter de ces technologies.

Puis, de là à critiquer Firefox ou les navigateurs webkit ou Gecko d'être moins bien qu'Opera par exemple est ridicule, Opera supporte peu de choses en plus que ces navigateurs et encore, des choses assez inutilisées, de manière globale seul IE a un retard conséquent pour qu'on puisse parler d'avantage d'utiliser un autre navigateur...

- page 1 de 2